Le Cadre d'Accélération des OMD (MAF) du Niger présenté au Conseil d'Administration de l'ONU par le Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies

9 oct. 2013

Madrid, la capitale espagnole, a abrité en avril dernier la réunion du Conseil d’Administration des Nations-Unies. Organisée sous l’égide du Secrétaire Général, Ban-Ki-Moon, la rencontre était co-présidée par Dr Jim Yong Kim, Président de la Banque Mondiale et Helen Clark, Administrateur du PNUD et Présidente du Groupe de Développement des Nations Unies...
Le Conseil d’Administration des Nations Unies est composé de 15 agences spécialisées et de 12 fonds et programmes. L’ensemble des 27 institutions ont pris part à la rencontre. A cette occasion, le Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies au Niger, Monsieur Fodé Ndiaye, a présenté le Cadre d’Accélération des OMD du Niger.

A la date d’aujourd’hui, il reste moins de 1000 jours dans le délai fixé par l’ONU à tous les pays pour l’atteinte des OMD. Or, de toute évidence, de nombreux pays, surtout ceux de la région sub-saharienne, n’atteindront pas les objectifs de développement fixés à l’horizon 2015. C’est pourquoi, en novembre 2012, le Conseil d’Administration des Nations Unies avait décidé de mettre à profit ses réunions semestrielles pour faire le point de son appui à l’accélération de l’atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD). La rencontre de Madrid avait donc pour sujet principal à son agenda l’examen de la mise en œuvre des OMD. A l’initiative de la Banque Mondiale, les membres du Conseil d’Administration de l’ONU ont décidé de peser de tout leur poids pour mieux appuyer, coordonner et aligner les appuis des agences des Nations Unies pour les OMD qui sont en retard en utilisant le cadre d’accélération des OMD (MAF).

Pour cette première réunion du Conseil d’Administration des Nations Unies consacrée au MAF, le Niger était un des trois pays sélectionnés pour présenter leur cadre d’accélération des OMD (les autres étant le Ghana et la Tanzanie) par l’intermédiaire de leurs Coordonnateurs Résidents du Système des Nations Unies et des Directeurs des Opérations de la Banque Mondiale.

En ouvrant les travaux de la réunion de Madrid, le Secrétaire Général des Nations Unies, Monsieur Ban-Ki-Moon, s’est longuement appesanti sur les objectifs assignés à la rencontre : faire le point sur la mise en œuvre des OMD en tenant compte du délai restant par rapport à l’horizon fixé (2015), discuter du cadre d’accélération des OMD (MAF), améliorer la coordination inter agences, et développer un partenariat renouvelé avec la Banque Mondiale. Intervenant à son tour, le Président de la Banque Mondiale, a souligné la nécessité de se concentrer sur des éléments réalisables, dans le cadre du processus d’accélération des Objectifs du Millénaire pour le Développement. Jim Yong Kim a souligné que son institution s’engage à fournir les ressources nécessaires pour cela.

Quant à l’Administrateur du PNUD, Helen Clark, elle estime que la meilleure façon d’agir c’est de mettre l’accent sur des réalisations concrètes, y compris dans les services sociaux de base. Selon elle, il est également indispensable de renforcer la coordination du MAF, en fournissant des efforts concertés et coordonnés sous le leadership de la partie nationale. Helen Clark a par ailleurs insisté sur la nécessité de renforcer la contribution du secteur privé, avant de saluer de vive voix l’engagement fort de la Banque Mondiale en faveur de l’accélération des OMD. Les représentants d’autres agences du Système des Nations Unies ont également pris la parole à la tribune du Conseil d’Administration, notamment ceux de l’OMM, de l’OMS, de l’UNFPA , de l’IUT, de la FAO et du FIDA.

C’est Monsieur Fodé Ndiaye, Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies, qui a présenté le MAF du Niger devant le Conseil d’Administration de l’ONU. Le document a été élaboré avec l’appui du Système des Nations Unies au Niger et approuvé par le gouvernement en octobre 2011. Il est parfaitement arrimé à l’Initiative 3N pour laquelle il sert de moyen d’opérationnalisation.

Fondé sur une analyse des goulots d’étranglement qui ralentissent les progrès, le MAF du Niger repose sur plusieurs interventions prioritaires dont la mise en œuvre se fera sur la base de partenariats élargis et synergiques : l’amélioration de l’accès aux intrants, à l’eau et aux équipements de production; la gestion durable des terres et du cheptel et l’amélioration des infrastructures rurales; le renforcement de l’appui-conseil en faveur des petits producteurs et la valorisation des résultats de la recherche; le renforcement des filets sociaux des ménages agropastoraux vulnérables; la lutte contre la malnutrition et l’accès à l’eau potable; enfin, le renforcement du dispositif d’intervention en situation de crise et de catastrophe.

Au terme des trois présentations des MAF du Ghana sur la mortalité maternelle (OMD 5), du Niger et de la Tanzanie sur la sécurité alimentaire (OMD 1), des discussions intenses ont eu lieu entre les participants au Conseil d’Administration de l’ONU. Les échanges de vues ont porté sur différents aspects relatifs aux OMD, comme par exemple la promotion d’un environnement favorable au développement du secteur privé, ou encore l'utilisation des réserves d’eaux fossiles afin de réduire la vulnérabilité à l'agriculture pluviale. Ce dernier point concerne particulièrement le Niger.

Les discussions ont également été axées sur les moyens d’accroître la production agricole et de faciliter la restauration des moyens d’existence, sur le renforcement de la protection sociale, sur le renforcement des infrastructures et l’utilisation des nouvelles technologies de l’information et de la communication. Au cours des débats, un accent particulier a également été mis sur la nécessité de mieux prendre en compte le rôle des femmes et l’éducation des filles, ainsi que sur la promotion du planning familial et la maitrise de la croissance démographique. Enfin, la nécessité de s’appuyer sur les radios communautaires en tant qu’outils de communication de proximité pour atteindre les populations a été mise en exergue.

A la fin de leurs travaux, les membres du Conseil d’Administration des Nations Unies ont réitéré leur engagement à appuyer l’accélération des OMD, notamment à travers un appui concerté à la mise en œuvre des MAF. Ils ont également réitéré leur disponibilité à appuyer la mise à l’échelle des interventions, à consolider les synergies, à renforcer la coordination des interventions sous le leadership des gouvernements, et à apporter leur appui au renforcement de la disponibilité des statistiques pour un meilleur suivi des progrès.