Le PNUD appuie le développement des radios communautaires au Niger

9 oct. 2013

Les 9 et 10 Mai 2013 s'est tenu à Niamey un atelier de validation d'une étude sur la relance des radios communautaires au Niger. Cette étude financée par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) avait pour objectifs d'élaborer un document de projet de réhabilitation, de consolidation et d'installation de nouvelles radios communautaires au Niger...

L’étude devait également proposer des pistes de partenariat et de mobilisation de ressources en vue de pérenniser les radios communautaires au Niger.

Alors qu’en 1998 le Niger ne comptait qu’une seule radio communautaire (celle de Keita mise en place par la FAO dans le cadre du Projet de développement rural de l’Ader Doutchi Maggia), le nombre des radios communautaires a explosé depuis deux décennies, à la faveur notamment de la libéralisation du paysage médiatique nigérien. Aujourd’hui, on dénombre 134 radios communautaires réparties sur les huit régions que compte le Niger.

Comme l’a souligné le Représentant Résident du PNUD au Niger, par intérim, Monsieur Victor Womitso, les radios communautaires jouent un rôle prépondérant dans le processus de développement économique et social. D’abord, elles permettent à la communauté de participer activement à l’analyse de ses problèmes et à la recherche de solutions adéquates. Ensuite, elles constituent des instruments de consolidation de la démocratie, en favorisant le débat social au sein des communautés à qui elles donnent l’opportunité de parler de leurs préoccupations quotidiennes. De ce fait, les radios communautaires contribuent à catalyser le processus démocratique et les efforts de développement, en donnant le pouvoir de la parole à des groupes souvent marginalisés comme les femmes, par exemple.

Abondant dans le même sens, le Ministre de la Communication et des Nouvelles Technologies de l’Information, estime que les radios communautaires, en tant qu’outils de sensibilisation et d’accompagnement des actions de développement à la base, participent au mieux-être des populations rurales. Parlant des objectifs de l’atelier, Monsieur Issaka Labo Bouché a indiqué qu’il s’agit de réfléchir sur les moyens de préserver les atouts et de lever les contraintes en vue de permettre aux radios communautaires de jouer pleinement leur rôle. Au passage, il a vivement salué le PNUD et les autres partenaires pour leur engagement constant en faveur du développement des radios communautaires au Niger.

Le Programme des Nations Unies pour le Développement a très vite compris l’importance des radios communautaires dans la consolidation de la démocratie et dans le processus de développement économique et social des Etats. C’est pourquoi, dès 1999, le PNUD a appuyé la création de l’une des premières radios communautaires du Niger à Bankilaré (dans le département de Téra). Plus récemment encore, l’importance des radios communautaires en tant qu’outils de développement a été reconnue par l’Organisation des Nations Unies lors de son Conseil d’Administration qui s’est tenu à Madrid les 5 et 6 Avril 2013. A cette occasion, le Conseil a souligné la nécessité de s’appuyer sur les radios communautaires en tant qu’outils de communication de proximité pour atteindre les populations, dans le cadre des processus actuellement en cours concernant le Cadre d’Accélération des Objectifs du Millénaire pour le Développement (MAF).Il reste que la plupart des 134 radios communautaires installées au Niger connaissent aujourd’hui des difficultés de plusieurs ordres. Celles-ci ont pour noms vétusté des moyens techniques, manque de formation pour le personnel, manque de statut, improvisation des programmes, absence de grilles de programmes, et instabilité des animateurs que la précarité salariale contraint souvent au nomadisme professionnel.

Au terme de deux jours de discussions, les participants à l’atelier ont adopté le document de projet de mobilisation des ressources en faveur des radios communautaires. Il prévoit notamment le changement du statut actuel des radios communautaires, un plaidoyer auprès des communes pour qu’elles prennent en charge le salaire de certains animateurs, un plaidoyer auprès du Gouvernement afin que les radios communautaires puissent bénéficier de la subvention de l’Etat, Le document prévoit également un plaidoyer auprès des agences du Système des Nations Unies et des ONG pour un soutien accru aux radios communautaires. Enfin, les participants à l’atelier ont fait plusieurs propositions d’amélioration du document de projet de relance des radios communautaires au Niger.

Rappelons que l’étude qui vient d’être validée fait suite à une requête du Cabinet du Premier Ministre demandant au PNUD d’approcher le Ministère du Plan, celui des Affaires Etrangères et celui de la Communication afin de mobiliser des ressources suffisantes en vue de la réhabilitation et/ou de l’installation de radios communautaires dans toutes les communes du Niger. L’objectif visé ici est d’améliorer le Kit d’intervention du Programme de la Renaissance du Président de la République, Mahamadou Issoufou, dans son volet mobilisation sociale.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Niger 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe