Validation du rapport National sur les Consultations Post 2015

9 mai 2013

Excellence M. le Ministre de l’Urbanisme, du Logement et de l’Assainissement, assurant l’intérim de monsieur le Ministre d’Etat, Ministre du Plan, de l’Aménagement du Territoire et du Développement Communautaire,

Messieurs les Représentants des Institutions de la République,

Honorables députés,

Mesdames, Messieurs les membres du Gouvernement,

Excellences, Mesdames, Messieurs les Ambassadeurs, Chefs de mission de coopération et Représentants des organisations internationales,

Chers Collègues membres de l’Equipe de Pays du Système des Nations-Unies,

Honorables Guides Religieux et Chefs Traditionnels,

Mesdames et Messieurs les représentants de la société civile et du secteur privé,

Citoyennes et Citoyens du Niger,
Permettez-moi de démarrer par deux images :
Nous étions à Tillabéry, le vent soufflait, une jeune femme de moins de 20 ans en grossesse, avec un bébé sur le dos et tirant une autre fillette était venue porter ses enfants atteints de malnutrition au Centre. Elle aurait pu vous dire qu’elle avait marché avec ses enfants, qu’elle n’a pas été à l’école, qu’elle n’avait pas d’emploi, qu’elle était allé chercher de l’eau au puits sans fond, qu’elle avait beaucoup marché pour ramasser le bois mort pour la chauffe, qu’elle n’avait pas participé aux élections pour élire ses représentants.
Une autre image est la table ronde de Paris où une vision portée par un Président de la République et des autorités crédibles et dont les orientations en matière de développement ont été soutenues, par les partenaires au développement à coups de milliards de dollars !
La question essentielle qui est dès lors posée est comment connecter les aspirations de nos populations et leur vécu quotidien avec la réalisation de notre développement économique et social ! Comment faire en sorte que la croissance soit au bénéfice de la majorité, qu’elle lui permette d’avoir une vie meilleure, débarrassée des manques, dans la sécurité et plus épanouie et qui préserve le futur !
Ces consultations ne sont que cette quête de la meilleure réponse à cette question essentielle, j’allais existentielle de toute femme et de tout homme, pas seulement au Niger mais dans le monde.
Comme vous le savez, nous avions lancé ici-même les 13 et 14 février derniers les consultations sur l’ « avenir que vous voulez », « l’avenir que nous voulons » pour le Niger, dont les résultats nous réunissent aujourd’hui ! Nous nous étions engagés pour que chaque voix compte !
Car nos consultations sont d’une importance capitale. En effet, elles font partie d’un processus mondial destiné à définir le futur que nous voulons. En sus de 100 consultations nationales dans les Etats membres, 11 consultations thématiques sur des problèmes tels que les inégalités, la sécurité alimentaire, l’accès à l’eau, et le vote des personnes continue pour le Monde que Nous Voulons pour six des 16 priorités de la Consultation Mon Monde.
Le Niger fait partie des cinquante pays dans le monde dont vingt-quatre en Afrique appuyés pour mener ce processus afin d’alimenter la synthèse qui déterminera l’agenda mondial post-2015.

L’opportunité nous a été ainsi donnée de nous exprimer en particulier sur nos aspirations, les aspirations qui nous paraissent les plus importantes pour construire le Niger de demain. Nous avons été comblés ! Au terme de plusieurs semaines d’interaction avec les populations de l’ensemble des huit régions du pays, à travers des consultations régionales et un forum jeunes tenu à Niamey, le fruit de ce travail est aujourd’hui disponible. Les jeunes se sont surtout exprimés. N’oublions pas deux Nigériens sur trois ont moins de 24 ans. L’avenir est d’abord pour eux ! La question démographique aussi nous interpelle. Tout développement reste dépendant du dividende démographique !
Vous avez été sollicités, et vous avez répondu présents, d’aucuns avec ferveur et d’autres avec passion, mais tous avec engagement, avec confiance et de manière réfléchie, pour vous faire entendre, vous faire comprendre, tout simplement dire avec vos propres mots les aspirations qui sont les vôtres afin que notre monde, notre pays, notre vie soit débarrassé de la pauvreté, devienne plus juste, plus équitable et plus durable ; tout simplement pour que nous puissions nous épanouir et vivre comme des êtres humains à « part entière et non entièrement à part »!
Citoyennes, Citoyens,
Ce projet de rapport issu du processus des consultations nationales va constituer la voix du Niger dans le concert des nations africaines et mondiales, pour la détermination de l’Agenda international du développement après 2015. En effet, les résultats de nos consultations seront transmis au Secrétaire Général des Nations Unies, aux Chefs d’Etat et de Gouvernement participant à l’Assemblée Générale des Nations Unies en 2013, au Groupe de Travail sur les Objectifs de Développement Durable, et d’autres processus, tels que ceux qui ont eu cours à Busan et à Rio+20.

C’est pourquoi il était important que soient entendues toutes les voix. Que ce soit celles des populations de Diffa, de Dosso, des jeunes de Zinder, des femmes de Tillabéry, des garçons de Maradi, des filles de Niamey, ou encore des hommes de Tahoua ou d’Agadez.

Ces voix, qu’elles appartiennent à un élu, un agriculteur, un éleveur, un pêcheur, un artisan, un étudiant, un travailleur manuel ou intellectuel, une personne avec des incapacités, un fonctionnaire, une femme au foyer ou ingénieure, un entrepreneur, un leader politique ou religieux ou traditionnel, pour ne citer que ceux-là, devaient être entendues, pour saisir les aspirations profondes des populations nigériennes. Chaque voix compte !

Chers invités, mesdames et messieurs ;

Ce sont ces aspirations qui ont été consignées dans le rapport provisoire qui vous est aujourd’hui présenté. Les recommandations du Forum Jeunes incluses dans ce rapport ont aussi fait l’objet d’un livre blanc. A nous de traduire ces aspirations, tous ensemble en priorité pour le développement. A nous d’en faire un instrument de poids pour la prise en compte effective de la position du Niger au processus de négociations intergouvernementales pour la mise en place de l’agenda post-2015 pour le développement, qui remplacera dans moins de 2 ans les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD).

Il s’agira alors au cours de ce forum d’analyser les enseignements issus des consultations, mais aussi et surtout de réfléchir et de proposer des pistes pour l’architecture du nouveau cadre du développement après 2015.

Certes, tout le monde s’accorde à reconnaître le rôle catalytique pour le Développement joué par le consensus sur les OMD et à bien des égards, la Déclaration du Millénaire affirmant que «nous sommes collectivement tenus de défendre, au niveau mondial, les principes de la dignité humaine, de l'égalité et de l'équité» reste d’une grande actualité.

Cependant, il nous appartient aujourd’hui de définir notre position sur le cadre de suivi de l’après OMD, qui permette de tenir davantage compte de nos réalités et de nos contraintes. Quel est le cadre optimal qui selon vous assurera un succès plus grand à l’agenda post 2015 pour le développement ?

Chers invités, mesdames et messieurs ;

Comme en 2000, un consensus est possible car les préoccupations clés des populations du Niger, à savoir la sécurité, la fin de l’assistanat, la sécurité alimentaire et nutritionnelle, l’emploi, la bonne gouvernance et la participation, l’accès à l’eau, aux services sociaux dont notamment la santé, l’éducation, la formation, l’autonomisation des femmes, l’accès aux actifs notamment à la terre, l’accès aux services financiers, l’environnement, l’inclusion, l’équité, la question démographique et de la jeunesse sont peu ou prou portées au niveau mondial. Ces aspirations entrent en résonance avec trois importantes priorités sur le futur agenda du développement, plus connu sous le nom de “Agenda Post 2015”:
« D’abord la nécessaire accélération du progrès et l’ajustement des OMD pour mieux prendre en compte des défis tels que les inégalités croissantes à l’intérieur des pays et l’impact de la mondialisation ;
Ensuite, la nécessité d’un agenda universel pour faire face à des défis tels que la dégradation de l’environnement, le manque d’emploi et la violence ;
Enfin la participation des populations non seulement à l’élaboration de l’agenda mais aussi à la mise en œuvre du cadre Post 2015. »

Un consensus mondial est possible pour prendre des engagements et des mesures communs sur de nombreux fronts, ayant un impact sur la vie des peuples, notamment dans les pays les plus pauvres.

Il nous appartient de tirer les enseignements de la mise en œuvre des OMD et de proposer des améliorations, en ce moment où nous abordons le programme de développement pour l’après-2015.


Les défis à relever par le Niger, dans le contexte mondial actuel, restent donc nombreux, mais nous demeurons confiants en la capacité du Gouvernement à prendre en compte avantageusement les priorités des populations exprimées dans ces consultations, dans ses différents programmes et stratégies, notamment le PDES et la Stratégie de Développement Durable et de Croissance Inclusive (SDDCI Niger 2035) en cours de formulation et aux populations de veiller de manière citoyenne à la matérialisation des engagements.


Monsieur le Ministre,
Chers invités, mesdames et messieurs ;

Je suis convaincu, qu’après cet atelier, le gouvernement du Niger et ses partenaires pourront porter haut la voix et la position des nigériens à l’élaboration de l’agenda post-2015, pour un avenir meilleur. Du reste, dans ce cadre, l’Afrique a listé quatre domaines de résultats prioritaires :


1. Transformation structurelle de l’économie et la croissance pour tous ;

2. Innovation et transferts de technologies ;

3. Développement humain ;

4. Financement et partenariats.

Le monde peut et doit être meilleur pour tous ! Prenons le serment ensemble de contribuer à atteindre cet objectif.
Laissez-moi conclure en partageant cette citation :

« Le patriotisme véritable ne peut se trouver que dans les pays où les citoyens libres, et gouvernés par des lois équitables,se trouvent heureux, sont bien unis, cherchent à mériter l'estime et l'affection de leurs concitoyens.
Ethocratie, ou Le gouvernement fondé sur la morale (1776)
Citations de Paul Henri Dietrich, baron d' Holbach
Références de Paul Henri Dietrich, baron d' Holbach »

Je vous remercie de votre aimable attention.