Allocution de M. Abdoulaye Mar DIEYE lors de la Table Ronde des partenaires au développement du Niger

Excellence Monsieur Issoufou Mamadou, Président de la République du Niger,

Excellences Messieurs les Chefs d’Etat,

Chers invités,

Notre réunion aujourd’hui se tient à un moment particulièrement auspicieux. Hier seulement, plus de soixante Chefs d’Etats du monde se sont réunis ici à Paris pour entretenir la flamme de nôtre lutte commune contre le dérèglement climatique ; aujourd’hui les Chefs d’Etat du Sahel vont s’entretenir avec leur homologue  français et d’autres partenaires sur la question sahélienne, notamment celle relative à la  sécurité ;  la semaine dernière,  le Conseil de Sécurité des Nations Unies a pris la résolution 2391 qui  marque un véritable bond en avant sur la question de la paix et de la sécurité au Sahel. 

Et les évènements tragiques, déshumanisant la vie de jeunes migrants, en Lybie, résonnent encore dans les tréfonds de notre mémoire et interpellent sévèrement notre conscience collective. Un déni de droit, de liberté et d’espoir à des jeunes qui ne veulent que satisfaire leur légitime aspiration à un devenir meilleur.

Paix, sécurité, dérèglement climatique, développement durable, migrations et emploi des jeunes ! Ce sont là autant d’enjeux qu’il nous faut résoudre si l’on veut réaliser l’Agenda 2030 de la communauté des nations ; et l’Agenda 2063 de l’Union Africaine.

Le Sahel est un lieu géométrique de tous ces enjeux interconnectés. Et le Niger n’est pas loin de l’épicentre de ces crises multiples, et très souvent récurrentes.

Par son Plan de Développement Economique et Social - PDES, que nous allons examiner aujourd’hui et demain, et qui est d’une très haute facture, le Niger veut prouver, et va prouver, que l’on peut sortir du vortex sahélien et que du Sahel peuvent bien renaitre des Phoenix !

En effet, tout Sahélien a enfoui en lui, la Charte du Mandé, déjà proclamée en 1222 !  Il nous faut juste la réactiver pour retrouver la grandeur d’antan !  Et c’est en cela que nous saluons le projet de société et la vision derrière ce plan qui nous est soumis, et qui veut bâtir « un Niger renaissant pour un peuple prospère » ; Et nous comprenons bien, que cette conférence de Paris soit appelée « la Conférence de la Renaissance ».

Je voudrais ici réaffirmer le fort engagement du PNUD et des agences du système des Nations Unies à accompagner le Niger dans cette nouvelle trajectoire de développement.

Je voudrais lancer un appel à tous les partenaires publics et privés, ici présents, à investir dans l’espoir, et dans l’avenir, et financer le Plan du Niger ; un tel investissement augure des taux de rentabilité massifs non seulement sur le plan financier mais aussi sur la paix, le développement, la sécurité et l’environnement.

Je voudrais enfin encourager et saluer, les réformes de fond, qu’entend lancer le gouvernement, pour l’établissement d’un nouveau contrat social ; notamment celles relatives à la transformation structurelle de l’économie, à la transition démographique, à l’expansion de l’espace fiscal, à l’autonomisation économique de la femme rurale, à la promotion de la scolarisation de la jeune fille, et à l’impérieuse priorité de l’emploi des jeunes.  Il s’agira aussi d’accorder une attention toute particulière aux questions frontalières et transfrontalières ; en somme une gestion optimale des grands espaces territoriaux, qui sont une caractéristique majeure des pays sahéliens.

Je souhaite pleins succès à nos travaux ; et je vous remercie.

 

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Niger 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe