Des jeunes nigériens posent sur scène après le lancement de l’Acc Lab Niger à l’hôtel Radisson Blu, le 22 janvier 2020

Après le lancement (voir notre blog « Succès du lancement de l’Acc Lab Niger : nombreux soutiens et partenaires mobilisés », l’équipe de l’Accelerator Lab s’attelle à l’exécution de son Plan d’Action des 100 premiers jours, dont les activités seront centrées autour de la thématique de l’emploi des jeunes nigériens, en particulier dans les zones rurales).

Plan d’Action des 100 premiers jours du Lab : dénicher des solutions innovantes face au défi de l’emploi des jeunes en zone rurale

La première étape consistera à réaliser la cartographie des acteurs de l’écosystème (ecosystem-mapping) : identifier qui ils sont, quels sont leurs angles d’analyse du problème et connaître leurs axes d’action permettra ensuite à l’équipe d’organiser des séances d’intelligence collective du problème de l’emploi des jeunes au Niger. C’est en abordant le problème sous plusieurs angles, pour en comprendre les enjeux de façon plus large qu’une une approche traditionnelle de développement (en recueillant et confrontant les approches d’acteurs publics, privés, de la société civile, des jeunes confrontés à ce problème, et des partenaires du développement), que l’équipe Lab pourra y trouver des solutions innovantes et pertinentes. Les expérimenter nous permettra de nous assurer de leur cohérence et de la rapidité de leur efficacité. 

Trois régions ont été choisies comme lieu prioritaire d’exécution de ce Plan d’Action des 100 premiers jours : 1) la région de Tillabéry, proche du Nord du Mali, et confrontée à un phénomène important d’enrôlement des jeunes dans l’extrémisme violent : perturbée par l’invasion de plusieurs organisations djihadistes depuis plusieurs années, elle compte environ 76% de jeunes ruraux sans emploi fixe (chiffres CNESS-NIGER, juin 2018 ; 2) la région de Maradi, zone de passage de nombreux flux de réfugiés, qui fait face à des phénomènes de banditisme, où les restrictions et le manque d’opportunités rend les jeunes plus vulnérables à l’enrôlement; 3) la région de Diffa, foyer de tension extrémiste touchée par le phénomène de Boko Haram, où 73% des jeunes ruraux n’ont pas d’emploi fixe (chiffres CNESS-NIGER, juin 2018). Une mission préparatoire sera exécutée par l’équipe Lab dès la première semaine du mois de février 2020 dans les trois zones. Au programme de cette mission : cartographie des acteurs, organisation de séances de sense-making, et recherche de solutions.

Lancement de l’Acc Lab Niger : première cartographie des acteurs et perspectives de partenariat autour de l’emploi des jeunes

Grâce au lancement de l’Acc Lab Niger, l’équipe a pu approfondir sa vision des partenariats noués, en cours de conclusion, et à venir. Des partenaires ont déjà été approchés au cours de la phase préparatoire du lancement du Lab.

Un MoU est en cours de finalisation avec le Centre incubateur des petites et moyennes entreprises du Niger (CIPMEN) et l’organisation gouvernementale qui le parraine,  l’Agence nationale pour la société de l’information (ANSI), qui inaugurera une collaboration axée principalement sur le problème de l’emploi des jeunes. Le Centre incubateur de l’Université Abdou Moumouni de Niamey (CIUAMN) a manifesté un grand intérêt pour continuer une collaboration avec le Lab à savoir l’identification de solutions, la présentation d’innovateurs, en particulier sur l’emploi des jeunes. Une formalisation du partenariat (qui a déjà permis la présentation d’innovateurs du CIUAMN lors du Lancement) pourra être envisagée prochainement.

L’équipe du CIPMEN, venue soutenir le lancement de l’Acc Lab Niger

--- Article text goes here ---

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Niger 
Aller à PNUD Global