Document à télécharger
Working paper N°8 Implementing the MAF in Niger : Opportunities and challenges in Accelerating MDG 1

Mise en œuvre du MAF Niger : Opportunités et défis pour l’accélération de l’OMD1

25 juin 2014

 

 

A l’occasion de la tenue de la Conférence internationale sur les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) qui s’est tenue les 27 et 28 février 2013 à Bogota en Colombie, le PNUD a publié le Working paper N°8 Implementing the MAF in Niger : Opportunities and challenges in Accelerating MDG 1. Ce document est une contribution du PNUD Niger aux réflexions sur l’accélération des OMD en général, et sur l’OMD1, orienté vers la réduction de l’extrême pauvreté et de la faim, en spécifique.

Le papier présente d’abord le Plan d’action du Cadre d’Accélération de l’OMD1 (MAF) au Niger, ensuite son état de mise en œuvre à travers ses résultats opérationnels clé, et enfin les défis et opportunités rencontrés et les leçons à tirer.

 

 

  • Le MAF : une réponse appropriée du Système des Nations Unies (SNU) pour réduire la pauvreté et la faim

Le Cadre d’accélération de l’OMD1 (MAF) vise à répondre aux multiples contraintes qui rendent difficile l’atteinte de l’OMD 1 « Réduire l’extrême pauvreté et la faim » au Niger. Il propose un plan d’action prioritaire basé sur l’identification des goulots majeurs qui portent entrave à la mise en œuvre efficace et efficiente des interventions prévues pour lutter contre la pauvreté et la faim au Niger. Elaboré conjointement avec l’ensemble des partenaires (gouvernement, université, société civile, partenaires techniques et financiers, secteur privé), le document du MAF est une contribution substantielle du Système des Nations Unies aux programmes nationaux de réduction de la pauvreté et de la faim et de promotion de la résilience au Niger. Il est aligné sur les orientations politiques des autorités nigériennes, notamment avec la stratégie de l’Initiative 3N « Les Nigériens nourrissent les Nigériens ». Le plan d’action a identifié vingt (20) solutions d’accélérations dans cinq (5) domaines d’intervention que sont : (i) Amélioration de l’accès aux intrants, aux équipements, et gestion durable des terres ; (ii) Encadrement des petits producteurs et valorisation des résultats de la recherche et amélioration de l’accès à l’eau à des fins de production ; (iii) Renforcement des filets sociaux de sécurité des ménages vulnérables et création d’opportunités d’AGR ; (iv) Renforcement de la lutte contre la malnutrition chez les groupes vulnérables et l’accès à l’eau potable ; (v) Renforcement du dispositif de prévention et d’intervention en situation de crise et de catastrophe naturelle.

Le choix de se focaliser sur l’OMD1 s’explique sur la base de la forte dépendance du Produit Intérieur Brut (PIB) du Niger au secteur agricole. De manière précise, l’agriculture constitue 40% du PIB et représente la source principale des revenus de 80% de la population. Comme l’agriculture au Niger est essentiellement pluviale, ses performances sont structurellement liées à la pluviométrie. Les incertitudes du climat expliquent le risque élevé de vulnérabilité à l’insécurité alimentaire dans ce pays du sahel, souvent confronté aux sécheresses et aux inondations, mettant en péril l’évolution normale de la production agrosylvopastorale, avec pour effets de rendre instable et volatile la croissance économique.

  •       La mise en œuvre du plan d’action du MAF – résultats clés

Les résultats préliminaires de la mise en œuvre du MAF peuvent être présentés comme suit : (i) le développement de la stratégie de l’initiative 3N des Autorités de la 7ème République au Niger, s’est largement inspiré de la démarche du MAF en identifiant les goulots par ordre de priorité et les solutions d’accélération les plus pertinentes pour lutter contre l’insécurité alimentaire et nutritionnelle au Niger; (2) le MAF a servi au plan national comme un des outils pour la gestion stratégique (coordination, mobilisation de ressources) de l’aide au développement dans le domaine de la sécurité alimentaire et nutritionnelle ; et (3) le MAF a servi d’outil fédérateur des interventions spécifiques multiples des différentes agences du SNU et d’autres partenaires dans le domaine de la sécurité alimentaire. Les échanges réguliers entretenus dans le cadre de l’opérationnalisation du MAF en soutien à l’initiative 3N, ont conduit les Autorités nationales, à mettre finalement en place un cadre de concertation, de dialogue et de réflexions sur l’agenda de la résilience, sous la tutelle du Haut-commissariat à l’initiative 3n.

Les premiers acquis de l’expérimentation du MAF au Niger et les échos favorables recueillis au niveau national et du siège des Nations Unies ont permis d’engager un plaidoyer soutenu sur la base des efforts en cours au Niger. En avril 2013, ceci a abouti à un engagement fort du Conseil d’Administration du SNU (Chief Executive Board) relative à la mise à l’échelle des activités existantes en mettant à disposition les fonds requis à cet effet.

  •       Défis, opportunités et leçons

Sur la base des défis et opportunités rencontrés dans la mise en œuvre du MAF, nous pouvons tirer des leçons par rapport aux efforts à soutenir par le Gouvernement avec l’appui de ses partenaires, pour accélérer l’atteinte des cibles de l’OMD1 à l’horizon 2015. Il s’agit en particulier de mettre l’accent sur l’appropriation, le leadership et la coopération nationale ; de prendre en compte les priorités nationales et les besoins réels exprimés par les populations ; de créer davantage des partenariats et des synergies avec les parties prenantes clés ; et de soutenir les actions de renforcement de capacités afin d’assurer la délivrance des services publics de qualité. Enfin, l’opérationnalisation en cours de la stratégie de l’Initiative 3N, la volonté du Gouvernement dans le cadre du programme de renaissance à faire de la sécurité alimentaire et la résilience un de ses fondements, l’harmonisation et la coordination progressive des interventions spécifiques des partenaires au développement et le leadership du HC3N avec un appui du PNUD, constituent autant d’opportunités à saisir. Le respect de ces principes aux allures de défis et l’exploitation de ces opportunités conditionneront la réussite de la mise à l’échelle des initiatives pilotes déjà développées à ce jour dans le cadre de la mise en œuvre du MAF au Niger.

PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Eswatini Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye

M

Macédoine du Nord Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine République du Guyana Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe